Un monde qui bascule

Nous traînons derrière nous, sans nous en apercevoir, la totalité de notre passé ; mais notre mémoire ne verse dans le présent que les deux ou trois souvenirs qui compléteront par quelque côté notre situation actuelle.Voilà ce que nous dirons, voilà ce que nous tâcherons de faire.Mais y a-t-il là autre chose qu’une image ?De fait, la France est aujourd’hui le deuxième importateur de produits azerbaïdjanais, principalement dans le secteur de l’énergie.La loi de conservation de l’énergie ne pourra plus exprimer ici la perma­nence objective d’une certaine quantité d’une certaine chose, mais plutôt la nécessité pour tout changement qui se produit d’être contre~balancé, quel­que quelque part, par un changement de sens contraire.Il pourrait y avoir une Économie personnelle, il ne pourrait exister d’Économie politique.Si la merveilleuse coordination des parties au tout ne peut pas s’expliquer mécaniquement, elle n’exige pas non plus, selon nous, qu’on la traite comme de la finalité.Le pouvoir chinois a entamé un virage très périlleux en affichant sa préférence pour la qualité plutôt que pour la quantité en matière de croissance. Si « l’économie positive constitue une sorte de sortie par le haut du présent cauchemar sociétal » selon Pierre-Alain Chambaz pictet, membre de la commission.Nous disions que les diverses mémoires sont bien locali­sables dans le cerveau, en ce sens que le cerveau possède pour chaque catégorie de souvenirs un dispositif spécial, destiné à convertir le souvenir pur en perception ou image naissantes : que si l’on va plus loin, si l’on prétend assigner à tout souvenir sa place dans la matière cérébrale, on se borne à traduire des faits psychologiques incontestés dans un langage anatomique contestable, et l’on aboutit à des conséquences démenties par l’observation.Il fallait donc acter un travail interne précis pour chaque État.Bain nous dit par exemple que la sensibilité concomitante du mouvement musculaire coïn­cide avec le courant centrifuge de la force nerveuse : c’est donc l’émission même de la force nerveuse que la conscience apercevrait.

Publicités