Taxons, sans mégoter, les héritages !

Je le trouve souvent passionnant dans sa posture de vieux sage : « Nous vivons la crise d’une forme d’organisation sociale et économique qui s’appelait le monétarisme et dont les paradigmes de base étaient faux.Nous allons montrer que cette opposition est provisoire et que l’instinct finira par être conforme à la vérité scientifique.Or celle-ci, encore dans les limbes, a pour but essentiel sinon unique de casser la spéculation, de freiner la circulation des capitaux, donc de tarir sa base même, son assiette.Une analyse attentive du phénomène psychologique nous a amenés d’abord à cette conclusion : l’étude des notions de causalité et de durée, envisagées en elles-mêmes, n’a fait que la confirmer.Christian Navlet, demande à l’assemblée que l’ordre du jour soit respecté.Les priorités pour un investisseur étranger sont donc autant d’analyser la cible en réalisant un travail approfondi de « due diligence » industrielle, financière et stratégique, que de comprendre les spécificités de la réglementation française en matière de reprise d’entreprise en difficulté et de droit fiscal et social.De même, ce n’est pas les nations aux économies les plus développées, ni même celles dont les citoyens jouissent des plus hauts revenus, qui ont le pourcentage le plus élevé de propriétaires.Bien coupables sont ceux qui ont caché aux Français les clauses secrètes du traité de Francfort !De là la nécessité de sacrifier, dans chacune des phases qu’on a distinguées, l’instable au stable, c’est-à-dire le commencement à la fin.Après m’être ainsi assuré de ces maximes, et les avoir mises à part avec les vérités de la foi, qui ont toujours été les premières en ma créance, je jugeai que pour tout le reste de mes opinions je pouvois librement entreprendre de m’en défaire.Des entreprises aussi, telle la société Canibal à Gennevilliers, qui crée des machines de recyclage des emballages de boisson et qui levé 1,7 millions d’euros pour assurer la stabilité financière de son modèle et renforcer son parc de machines.