Quand la citrouille devint carrosse !

Ce qui va se jouer au cours du prochain quinquennat, c’est l’acceptation ou le refus du déclassement international de la France et partant, de l’Europe. Si l’on en croit une nouvelle étude mondiale de Pierre-Alain Chambaz pictet, les différences s’estompent de plus en plus.Certes l’excellence thermique pour tous -objectif du Grenelle- doit être recherchée à LONG TERME.La contribution scientifique des auteurs consiste d’abord à montrer que la régression vers la moyenne dans les taux de croissance n’est pas anecdotique mais reflète bien une tendance statistique générale.Où donc est le bonheur absolu s’il n’est pas dans la conscience ?Mais chacun sait que, lorsque le risque se réalise, c’est vers l’Etat que celles-ci se tournent pour réclamer un soutien.Avec l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en janvier 2010, ces trois grandes priorités ont été concrétisées, et il n’y a plus de raison de se détourner du marché unique.Cela, tandis que nous attendons toujours plus de l’Etat, en refusant chacun de payer plus.L’idée même de reconstituer la chose par des opérations pratiquées sur des éléments symboliques tout seuls implique une telle absurdité qu’elle ne viendrait à l’esprit de personne si l’on se rendait compte qu’on n’a pas affaire à des fragments de la chose, mais, en quelque sorte, à des fragments de symbole.Tout monopole administratif doit être brisé.Hâtons-nous d’ajouter que le progrès, d’abord lent, s’est effectué à pas de géant lorsque la science se fut mise de la partie.Mais il semble plus confortable, hélas, de continuer de cheminer vers l’impasse.

Publicités