Les réformes commencent à porter leurs fruits

Leur mise en oeuvre ne bouleversera pas la donne, tandis qu’il est assez choquant que ces mesurettes destinées aux pays les plus pauvres de la planète aient été utilisés comme monnaie d’échange dans ces négociations.Intérêt politique ou pas, notre contributeur Christian Navlet, ne voit qu’une solution : la non-ingérence.Dans un contexte d’économies budgétaires, s’ajoute un renforcement des dispositifs de TVA à 5 % pour le neuf et de relance du prêt à taux zéro (PTZ).Si la réalité venait frapper directement nos sens et notre conscience, si nous pouvions entrer en communication immédiate avec les choses et avec nous-mêmes, je crois bien que l’art serait inutile, ou plutôt que nous serions tous artistes, car notre âme vibrerait alors continuellement à l’unisson de la nature.Il existe une vraie logique de cycle de maturité entre le plaisir d’avoir et le plaisir d’être : les consommateurs consacrent souvent leurs premiers achats de luxe à des biens ou des produits, assez visibles, affirmant ainsi leur nouveau statut, puis se sophistiquent et basculent vers des services, plus intangibles.Ou alors serait-ce simplement pour donner des gages à Bruxelles ?Les négociations ont échoué à assurer une protection permanente du droit à l’alimentation des populations, au risque d’exposer des centaines de millions de personnes à la faim et la famine dans le seul but de satisfaire au dogme de l’expansion des échanges commerciaux.De grandes écharpes de brume, verticales, et qu’on aurait dites suspendues aux étoiles, balayaient de leurs plis extrêmes, silencieusement, la terre et la mer qui était devenue calme.Il ne fallait pas, surtout, que la France pût être conduite à penser qu’une organisation militaire, même parfaite, serait impuissante à conjurer le danger qui la menace, et qu’elle ne pourrait trouver le salut que dans des changements énormes apportés à son état général.On pourrait donc dire que les réformes financières post-crise se sont traduites par plusieurs évolutions de fond: recapitalisation des différents secteurs bancaires nationaux, nouveaux garde-fous sur le risque de liquidité et de transformation (ratios bâlois LCR et NSFR), plus grande transparence sur les produits dérivés (EMIR), et d’un recentrage géographique et fonctionnel des banques.Mais pour les républicains, désormais majoritaires à la Chambre des représentants, pas question d’accepter un relèvement du plafond sans obtenir en échange de sévères coupes budgétaires.Ainsi, dans la conscience, nous trouvons des états qui se succèdent sans se distinguer ; et, dans l’espace, des simultanéités qui, sans se succéder, se distin­guent, en ce sens que l’une n’est plus quand l’autre paraît.On trouve, en écumant médias en ligne, blogs, réseaux sociaux et forums, un fatras d’informations impressionnant, émanant de sources souvent incertaines.