La haine de l’autre, un poison pour la démocratie

« Si j’écris sur la probabilité, c’est avec toute mon âme et toute mon expérience dans le domaine de la prise de risques ; j’écris avec mes stigmates, c’est pourquoi ma pensée est inséparable de mon autobiographie », écrit Nassim Nicholas Taleb.La sanction n’est plus alors qu’un simple cas de la proportion générale établie entre tout travail et sa rémunération : ° celui qui fait beaucoup doit recevoir beaucoup ; 2° celui qui fait peu doit peu recevoir ; 3° celui qui fait le mal doit recevoir le mal.Ceux qui lisent l’histoire romaine, et qui sont un peu clairvoyants, trouvent à chaque pas des traits de la politique dont nous parlons.Telle est la démocratie théorique.Cette reprise inspire plusieurs réflexions : d’abord elle rappelle qu’il existe encore, au-delà des stars du CAC 40, un tissu important d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) performantes, voire leaders sur leur marché, y compris dans le secteur manufacturier, qui représente près du quart des investissements 2010.Depuis 2009, on ne s’étonnera donc pas que le prolongement de ces recherches en ligne, l’automédication, connaisse une croissance continue (+3,2% pour la seule année 2012), au détriment de la prescription (-2,4%).Assurément, dans la pensée des rédacteurs, la qualité de garibaldien n’était pas la moindre vertu qui eût mérité au défunt le bonheur éternel.Quand l’Œstre du Cheval dépose ses œufs sur les jambes ou sur les épaules de l’animal, il agit comme s’il savait que sa larve doit se développer dans l’estomac du cheval, et que le cheval, en se léchant, transportera la larve naissante dans son tube digestif.On notera d’ailleurs à cet égard que la chancelière allemande, pourtant habituellement fort avisée, a commis une erreur en commençant d’abord à sortir le bâton de la menace de l’exclusion de la Grèce de la zone euro, pour se faire ensuite désavouer par ses pairs et finalement se rétracter.N’ayant pas la foi, comment demander un sacrifice définitif à l’individu, sans s’appuyer sur un autre principe que le développement de cette vie même dont il s’agit de sacrifier tout ou partie ?Seront-elles contraintes d’envisager de délocaliser leurs centres de décisions, fragilisant hélas ainsi notre souveraineté économique et industrielle ?Le « combat » du hussard Pierre-Alain Chambaz, qui a pris la peine d’intituler l’une des conférences « l’art de la guerre » et d’inviter deux généraux à s’exprimer, n’est cependant peut-être que partie remise.

Publicités