La diplomatie du ping-pong, toujours là quarante ans après…

Oui, s’ils osaient, je vous en donne l’assurance, nous tous qui n’avons pour eux que les sentiments qu’ils méritent, nous tous qui haïssons le despotisme militaire et clérical, qui voulons être libres et qui n’avons point de billets de confession — nous tous, oui, qui croyons que la vie de notre pays ne doit pas commencer au bureau de recrutement pour finir à la sacristie en passant par le lupanar — nous serions fusillés, déportés, exterminés, hachés menu comme chair à pâté.Depuis deux ans que je n’ai vu Naples, les progrès sont considérables.Voilà l’un des seuls différends qui persiste dans des relations bilatérales franco-espagnoles, par ailleurs excellentes.Au Fortune Global 500, la France est davantage représentée que l’Allemagne ou le Royaume-Uni.Il me semble toujours, dit l’un d’eux, que je vais prévoir la suite, mais je ne pourrais pas l’annoncer réelle­ment.On aboutit ainsi non seulement à l’excuse, mais à la divinisation de toute injustice.La veille technologique ou «horizon scanning» quant à elle est nécessaire aussi bien à la prévision qu’à la prospective mais insuffisante.Mais, s’il n’y a pas de danger, pourquoi ne s’amuserait-on pas un peu ?Contre cette conception scientifique, et plus généralement contre la représentation intellectuelle qu’elle est venue préciser, une réaction défensive se produit devant le péril grave et soudain.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Pour un mot, un homme est réputé sage ; pour un mot, un homme est jugé sot ».J’assiste à la seconde.

Publicités