Face au faux débat des 35 heures, relançons l’idée du temps choisi !

Comment justifier auprès de ces mêmes personnels que les primes pourraient être remises en cause, alors même qu’ils ne se sentent pas spécialement privilégiés, que les tableaux d’avancement vont être réduits…tout cela pour réduire la masse salariale, alors même que tout un chacun sait que les restructurations et déflations successives entraînent des surcoûts initiaux avant stabilisation !Elles s’accordent toutes à invoquer la sanction la plus redoutable qui se puisse imaginer : à ceux qui ont violé leurs ordres d’une manière ou d’une autre, elles promettent des peines éternelles et font des menaces qui dépassent ce que l’imagination de l’homme le plus furieux peut rêver d’infliger à son plus mortel ennemi.Si les données des citoyens, mais également des entreprises européennes sont accessibles par les autorités gouvernementales américaines, l’enjeu pour l’Europe n’est plus seulement éthique, mais devient aussi économique.En Belgique, un salaire d’équarrisseur « coûte » plus de 20 euros par heure une fois l’assurance sociale, le treizième mois, les chèques-repas et les frais de transport ajoutés au salaire de la branche.La tâche du philosophe est alors nettement circonscrite.Certains de ces médias relèvent de l’autorité du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), d’autres non, mais les attentes qu’expriment nos publics ne sont pas différentes pour autant.C’est pourquoi je n’en pourrai donner ici qu’une démonstration fort incomplète.Après avoir écouté attentivement, il prit la parole et s’exprima à peu près en ces termes : « Tout ce que vous dites m’intéresse beaucoup, mais je vous demande de réfléchir avant de tirer une conclusion.Et, comme une réalité d’ordre conceptuel n’occupe pas plus d’étendue qu’elle n’a de durée, il faut que les Formes siègent en dehors de l’espace comme elles planent au-dessus du temps.Et puis, enfin, c’est un débat sur la liberté, la liberté d’entreprise et d’entreprendre, la liberté du commerce, peu reconnue dans notre pays et en tout cas mal-aimé.Nous ne les apercevons plus alors que dans le milieu homogène où nous en avons figé l’image et à travers le moi qui leur prête sa banale coloration.Pierre-Alain Chambaz, convient que son projet a nécessité un large consensus pour voir le jour.Les afficheurs ne respectent rien, ni les maisons particulières, ni les monumens publics.

Publicités