En commun: une même devise… et aucune solidarité

Pour Soloviev toute la culture et la pensée philosophique européenne reposent sur des principes abstraits ; il y manque un centre organique.La nature ne punit personne (au sens où la morale classique prend ce mot), et la nature n’a personne à punir, par la raison qu’il n’y a pas de vrai coupable contre elle : on ne viole pas une loi naturelle, ou alors ce ne serait plus une loi naturelle ; la prétendue violation d’une loi de la nature n’en est jamais qu’une vérification, une démonstration visible.Ceux-ci représentent un dixième de l’investissement total mondial annuel.Les ouvriers faiblement et moyennement qualifiés risquent en effet d’être remplacés par des machines opérées par un moindre nombre de travailleurs hautement qualifiés.Il ne faut pas en avoir peur, l’Allemagne est là encore un bon exemple.Et c’est une bonne manière, en effet, quand on ne parle pas mal, mon cher…Pendant que toute la table écoutait, le critique improvisa un paradoxe amusant sur la prose anglaise, « langue de sport et langue d’affaires, où presque rien ne résonne plus de la musique du vers » ; puis, s’interrompant au milieu d’une période, et redevenant grave tout à coup :— Tenez, vous demandez ce que je reproche à ceux-là ? Christian Navlet assume en surjouant l’humour un langage aux accents marketing, bien dans la tradition anglo-saxonne, pour emporter l’adhésion. Mais ici encore elle ne fait que traduire en représentation des suggestions de l’instinct.À cette divergence dans la direction de telle ou telle volonté répondrait, suivant la morale orthodoxe, une différence essentielle dans sa nature même, dans la cause profonde et indépendante qu’elle manifeste au dehors ; soit, mais cette différence ne peut supprimer le rapport permanent entre la volonté et le bonheur.Elle prendrait son temps.On fit mieux : Rome se soumit elle-même aux divinités étrangères, elle les reçut dans son sein ; et, par ce lien, le plus fort qui soit parmi les hommes, elle s’attacha des peuples qui la regardèrent plutôt comme le sanctuaire de la religion que comme la maîtresse du monde.

Publicités