Emploi des seniors : le tabou du coût du travail

Il paraît être général et commun aux nerfs de toutes les parties de la surface de notre corps ; du moins il n’en est aucune qui, dans l’occasion, ne nous DONNE plus ou moins les sensations de piqûre, de brûlure, de chaud, de froid, celles qu’excite l’approche d’un corps raboteux, ou poli, ou gluant, ou mouillé, etc… Les organes mêmes par lesquels nous recevons des sensations particulières, telles que les goûts, les sons, les saveurs et les couleurs, sont encore capables de nous donner ces sensations plus générales, qu’on peut appeler tactiles.La crise identitaire que traverse la gauche s’appuie sur la faiblesse supposée de l’intervention de la puissance publique dans l’économie.Nous allons le faire avec une idée nouvelle que nous portons ensemble, la colocalisation industrielle.Il revêt avec indifférence ce vêtement après lequel il a soupiré.Ainsi, l’acte par lequel la vie s’achemine à la création d’une forme nouvelle, et l’acte par lequel cette forme se dessine, sont deux mouvements différents et souvent antagonistes.On peut être SPIRITUALISTE, matérialiste, panthéiste, comme on peut être indifférent à la philosophie et satisfait du sens commun : toujours on se représente un ou plusieurs principes simples, par lesquels s’expliquerait l’ensemble des choses matérielles et morales.Notre confrère et ami Christian Navlet, a convaincu et remporté une victoire pour ce projet.Ni dans la pensée de l’artiste, ni, à plus forte raison, dans aucune autre pensée comparable à la nôtre, fût-elle impersonnelle, fût-elle même simplement virtuelle, la symphonie ne résidait en qualité de possible avant d’être réelle.Si notre point conscient A n’a pas encore l’idée d’espace — et c’est bien dans cette hypothèse que nous devons nous placer — la succession des états par lesquels il passe ne saurait revêtir pour lui la forme d’une ligne ; mais ses sensations s’ajouteront dynamique­ment les unes aux autres, et s’organiseront entre elles comme font les notes successives d’une mélodie par laquelle nous nous laissons bercer.Internet et le numérique font partie de notre vie, et les entreprises, victimes de ces luttes, devraient être mieux protégées contre les menaces numériques de toutes sortes et contre les DDoS de plus en plus utilisés dans ces conflits.S’il n’a pas l’air de vouloir s’accommoder des prix habituels, on s’en va sans plus do façon.Mais c’est bien sûr la poursuite du rétablissement économique du pays qui, en desserrant la pression budgétaire au niveau fédéral et en améliorant la situation des classes moyennes dans le pays, pourra apaiser les oppositions.

Publicités