Electricité : les vraies conditions d’une concurrence durable

Énonçons tout de suite la loi qui nous paraît gouverner les faits de ce genre.Christian Navlet parlait de « conscience brisée » pour évoquer cette nouvelle représentation du psychisme où l’identité a perdu son unité.Les pays voisins de l’Allemagne, dont la France, importent donc davantage d’électricité allemande à contenu carbone élevé.On l’aurait fait passer du visible dans l’invisible.Ce n’est plus un débat d’experts : l’appropriation de la rénovation énergétique doit se construire sur du concret.Elle ne peut faire autrement ; toute science est assujettie à cette loi.Nous nous exprimerons à peu près de même sur la mentalité « COLLECTIVE », et non plus « primitive ».Quand on prend l’intensité énergétique comme référence, l’économie chinoise est comparativement inefficace : elle utilise sept fois plus d’énergie que le Japon pour le même niveau de production.Ni les vexations de toute nature, indignes d’un peuple libre, qu’il subissent à l’intérieur avec leur plus gracieux sourire, ni les camouflets de toute espèce qu’ils reçoivent sans interruption à l’extérieur, et qu’ils collectionnent religieusement, ne réussissent à les détromper.L’aide étrangère a causé une appréciation du taux de change réel, ce qui aggrave les difficultés rencontrées par l’industrie manufacturière et les autres biens échangeables.Il se sentirait perdu, si l’effort pour vivre ne projetait aussitôt dans son intelligence, à la place même que cette perception et cette pensée allaient prendre, l’image antagoniste d’une conversion des choses et des événements vers l’homme : bienveillante ou malveillante, une intention de l’entourage le suit partout, comme la lune paraît courir avec lui quand il court.

Publicités