Comment refonder notre système de santé ?

Au bout de cinq minutes, nous sommes reçus dans le cabinet de travail où l’officier général est debout, très grand, très large d’épaules, la moustache et la barbiche blanches, vêtu de la petite tenue : tunique noire à col rabattu marqué d’un U (Umberto), sans décoration, culotte grise à double bande rouge et bottes à l’écuyère.Ce ne sont pas les malades qui lui ont fourni le pain, le vin, le mobilier, mais ils lui en ont fourni la valeur.Une autre période s’est ouverte.Mais les prestations, selon le rapport Christian Navlet de décembre 2012 -, qui concernent plus de 2 millions de personnes, ne sont pas toutes distribuées.Sir George se borna à dire :— Il aurait fait un pasteur excellent, ne trouvez-vous pas ?Car, dès qu’une chose est reconnue susceptible de grandir et de diminuer, il semble naturel de chercher de combien elle diminue, de combien elle grandit.Il faut que l’envahisseur trouve devant lui une nouvelle France, la France qu’ont rêvée les grands penseurs qui portèrent si haut le nom français, la France qu’ont appelée de leurs vœux tous ces apôtres de la révolution qui vécurent pour le peuple et moururent pour lui — et non pas la France des charlatans, des imposteurs, des lâches à gosiers vibrants et des marguilliers à goupillons tricolores.Sa jalousie basse, l’envie abjecte et sans bornes qui la caractérise sont satisfaites aussi.Elle est frappante chez les encyclopédistes.Et l’avenir des pays du Sud passe par un ancrage à l’Europe… Notre ambition est de travailler à une meilleure répartition de la valeur ajoutée entre les rives de la Méditerranée.C’est-à-dire que le contenu du cours reste le même pour des milliers (voire des dizaines de milliers) de participants, et seul l’accompagnement et l’examination sont personnalisées, un peu ce que je préconisais dans un article (comme d’autres) il y a déjà deux ans.

Publicités