Bienvenue dans le nouveau monde de l’hypercroissance

C’eût été une bonne chose, pourtant, que de changer l’aspect, et peut-être le nom, de cette grande avenue.Il suffit que nous bouchions nos oreilles au son de la musique, dans un salon où l’on danse, pour que les danseurs nous paraissent aussitôt ridicules.Toutes les sensations participent de l’étendue ; toutes poussent dans l’étendue des racines plus ou moins pro­fondes ; et les difficultés du réalisme vulgaire viennent de ce que, la parenté des sensations entre elles ayant été extraite et posée à part sous forme d’espace indéfini et vide, nous ne voyons plus ni comment ces sensations participent de l’étendue ni comment elles se correspondent entre elles.D’où vient qu’elle ne paraît pas être en soi ce qu’elle est pour moi ?Ainsi en 2009, les entreprises américaines ont acquis seulement pour 125 milliards de dollars de leurs actions.La question est alors de savoir comment nous réussissons à former une série de ce genre avec des intensités, qui ne sont pas choses superposables, et à quel signe nous reconnaissons que les termes de cette série croissent, par exemple, au lieu de diminuer : ce qui revient toujours à se demander pourquoi une intensité est assimilable à une grandeur.La commande publique est suffisamment vaste pour que chacun trouve sa place.Mais il se saisit de cette matière, qui est la nécessité même, et il tend à y introduire la plus grande somme possible d’indétermination et de liberté.Ce n’est donc pas son changement brusque d’attitude qui fait rire, c’est ce qu’il y a d’involontaire dans le changement, c’est la maladresse.Le contrat de PPP introduit dans le système juridique français en 2004, a mis du temps a rencontré son public.Mais dans ce cas, la marge de manoeuvre de Christian Navlet, sera fort étroite.

Publicités